Islande

Récit de 10 jours sur les terres de glace – Juillet 2017

L’Islande n’était pas mon premier choix de vacances. Mais il se trouve que pour l’une des rares fois, nous avons pris des vacances au mois de juillet. Et si tu es frileux, alors l’Islande se visite entre juin et septembre uniquement. Libre à toi de la visiter hors saison bien sûr, mais tes déplacements seront très limités par des routes difficiles et enneigés. Quant aux aurores boréales, la meilleure période n’est pas l’été mais à partir de fin septembre.

Une fois la destination choisie, la question des hébergements et des déplacements est vite arrivée. Je te mets en garde ici, l’Islande est un pays cher. Si tu penses que Paris est cher, alors tu n’as rien vu. De plus, la concentration de touristes se faisant sur les 2 mois d’été, les hébergements sont pris d’assaut.

Comme nous détestons prévoir minute par minute notre voyage et que notre budget n’est pas illimité, flânant de blogs en blogs, nous en sommes arrivés au constat qu’il nous fallait dormir dans la voiture. Mais pas n’importe quelle voiture ! Nous avons loué un camper qui se transforme en couchette le soir. Et l’Islande, grâce à cet engin, est devenue l’une de mes plus belles aventures vécues.

Je te conseille si tu souhaites utiliser le même moyen de locomotion de fouiller sur internet, car il y a une multitude de compagnies disponibles et nous avons choisi la meilleure promotion. Nous avons été très satisfaits de Lagoon Car Rental, et la bête, c’est celle-la, un Caddy Camper de Volkswagen.

Le prix était de 1300 € pour 11 jours (tu vois, quand je te dis que l’Islande est chère) mais ils ont été carrés de A à Z. Lors de notre 2ème étape, nous avons eu un petit problème mécanique et ils ont su nous guider vers le plus proche garage sans que nous ne déboursions rien. 

Petit conseil pour lire cet article : il va aussi falloir t’accrocher quand tu vas le lire et j’en suis désolée d’avance. Les noms de villes et des lieux à visiter sont … difficiles à retenir, lourds et imprononçables.

D’ailleurs, ici je te propose un petit cours. La plupart des noms finissent par ce qu’ils signifient. Je m’explique. Les noms qui finissent en –foss dans mon article désignent une cascade, les noms en –fjordur parlent d’un fjord, s’ils finissent par –vik c’est une baie (comme Reykjavik, la baie des fumerolles), -Jokull pour les glaciers etc etc.

Il en va de même pour les noms de familles qui finissent tous  par –son ou –dottir. Le suffixe -son signifie « fils de » et –dottir « fille de », assorti du prénom de ton père. Donc si ton nom est Jokularson, alors tu es le fils de Jokular. Mais tu peux vérifier ton nom islandais sur ce site ici, c’est encore mieux !

Jour 1 : Le Cercle d’Or

Pour cette destination, nous avons voyagé sur Transavia. L’avantage de l’Islande est que le billet d’avion n’est pas très cher, et la durée n’est que de 3h30. A l’arrivée, vers 1h du matin, un employé de la location de voiture nous attend. Une fois les formalités faites, nous partons chercher un premier endroit pour dormir.

Première surprise, il fait presque jour. En juillet, la nuit ne sera jamais vraiment tombée ; entre minuit et 3h, nous sommes plus dans un clair-obscur.

Deuxième surprise, il est difficile pour une première nuit de trouver un emplacement pour dormir. Sache qu’en Islande, le camping sauvage n’est pas vraiment autorisé, tu es censé poser ta voiture dans un camping. Mais nous avons décidé d’outrepasser cette règle…enfin presque…tu le liras plus tard…

Donc après avoir pas mal tourné sur des petites routes, et essayer de trouver un endroit un peu caché pour être tranquille, c’est un peu déçus que nous nous retrouvons sur un parking d’un centre commercial, hyper glamour pour une première nuit. Pour autant, nous sommes à côté d’une petite boulangerie pour le 1er petit-déjeuner.

Première destination : Thingvellir.

Thingvellir est un parc national situé au nord de Reykjavik, dans ce qu’on appelle le Cercle d’Or.

La plupart des personnes qui visitent l’Islande en moins d’une semaine se contentent du Cercle d’Or. Le Cercle d’Or est une expression pour citer les 3 sites les plus visités d’Islande sur une boucle.

En Islandais, Thingvellir signifie « Plaines du Parlement », ce site est réputé car c’est le lieu où se tenait l’Alping, le 1er parlement Islandais (entre le 5ème et le 8ème siècle).

Aujourd’hui c’est un immense lac aux contours verts (oui car il pleut beaucoup) avec beaucoup de formations rocheuses, de cascades, de fermes traditionnelles. Ce sont des paysages encore jamais vus ailleurs. Le parcours autour du lac est assez bien tracé par des chemins, des pontons au-dessus des rivières.

Thingvellir, c’est aussi la rencontre des plaques tectoniques d’Amérique et d’Europe.

La 2ème étape c’est Geysir. Si tu n’as jamais vu un geyser en activité, alors tu vas être impressionné. Le site en lui-même est une succession de fumigènes sur un sol chaud et au centre ce fameux geyser (geyser est d’ailleurs un terme générique venant du nom de cet endroit, Geysir). Geysir ne jaillit pas beaucoup, si tu le vois, c’est que tu as de la chance. Mais juste à côté jaillit Strokkur qui lui sort environ toutes les 8 minutes à une hauteur de 20m environ. Quand tu es devant, c’est fascinant.

Strokkur

Dernière étape du Cercle d’Or, ce sont les chutes de Gulfoss. Ces chutes (les « Chutes d’Or ») sont les plus connues d’Islande. Elles ne détiennent aucun record, mais leur visibilité et leur accès les rendent facilement visitables. Gulfoss est en fait la succession de 2 chutes de 21 et 11 m (soit 32m au total). Il faut bien se couvrir car le rejet de l’eau de ces cascades est assez fort.

Chutes de Gullfoss

Une fois la route du Cercle d’or terminée, nous décidons que nous ferons le tour de l’Islande dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Une chose est simple ici : il n’y a qu’une seule route qui fait le tour de l’île, la route n°1. Pas beaucoup de risques de se perdre…Nous passons par Sellfoss, pour racheter un duvet supplémentaire (la température descend à 5/6° la nuit) et où nous dînerons au Kaffi Krus (d’un burger et d’une pizza pour la modique somme de 40€, tiens c’est original!).

Aparté sur la cuisine, l’un de mes sujets les plus importants en voyage. Ici, tu ne trouveras jamais ni de la nourriture locale, ni de la bonne nourriture, ni de la nourriture bon marché. Tout est cher et tu te contenteras souvent de manger des burgers, des pizzas… Donc nous prendrons ce principe pour tout le séjour : 1 repas au restaurant (souvent le soir), le petit-déjeuner et le 2ème repas en pique-nique. L’achat idéal aura été de trouver une bouilloire qui se branche sur l’allume cigare, parfait pour les soupes et les thés.

Après diner, il fait encore jour, on se balade dans les villages d’Eyrarbakki et Stokkseyri, 2 villages en bord de mer. Nous dormirons ensuite dans un hameau à l’arrière de quelques maisons et à l’abri des regards.

Jour 2 : Côte Sud de l’Islande

Tu te poses peut-être la question : si nous dormons dans la voiture et en dehors des campings, comment faisons-nous pour nous doucher ? Et bien en Islande, la solution était toute trouvée. Les Islandais ont une culture du bain assez incroyable et les piscines sont suréquipées, pour la simple et bonne raison qu’ici tout fonctionne par géothermie. Le sol étant tellement chaud qu’il produit de l’eau chaude en abondance. Du coup, le moindre petit village a sa propre piscine. Mais quand je dis piscine, j’entends 2 ou 3 bassins pour nager, plusieurs jacuzzis chacun à sa propre température, des toboggans, des saunas et le tout à des heures hyper pratiques (comme 6h-22h) car ici c’est LEUR activité fétiche. Une autre chose à savoir sur les piscines c’est qu’ici tu devras te doucher avant et après, nu, et te savonner. Aucune gêne à avoir, c’est obligatoire, tout le monde le fait et ils sont très rigoureux là-dessus. L’eau étant quasi naturelle, sans chlore, il est nécessaire d’en préserver sa qualité.

Alors le 1er jour, en nous réveillant, nous sommes allés profiter de la piscine du village d’Hella, pour nous doucher bien sûr, mais aussi bien profiter des jacuzzis… pour un coût de 6 € par personne.

Nous reprenons la route n°1, en passant tout d’abord par la ferme de Keldur, une ferme typique d’Islande en tourbe (dont le toit est recouvert d’herbe à la manière des hobbits) ainsi que des chutes d’eau toutes proches. Le temps est très dégagé et nous voyons jusqu’aux volcans gelés.

Si le temps le permet, tu peux aller jusqu’à la piscine cachée de Selvallavalaug, une vraie piscine géothermale. Malheureusement le lit de la rivière étant trop haut, nous n’avons pas pu traverser pour l’atteindre.

Nous allons ensuite à Skogafoss. Cette cascade est assez  spectaculaire par sa hauteur (62m) et son débit. Elle fait face à l’océan. Tu peux monter à son sommet et de là partir en randonnée jusqu’au glacier, en remontant la rivière. Quant à Seljalandsfoss, autre cascade à moins de 10 minutes, elle est tout aussi impressionnante car tu peux passer derrière et subir la force du débit.

Seljalandsfoss
Skogafoss
Vik

Nous continuons notre chemin pour Vik, dernière étape de la journée, petite bourgade de la côte sud. Nous nous promenons dans le village, assez charmant, et prenons de la hauteur depuis le parvis de l’église pour pouvoir mieux l’admirer. Nous dînerons finalement dans ce qui ressemble au relais d’une station-service, N1 (dîner pas fameux).

Etant donné qu’il fait encore grand jour, nous nous rendons à Reynisfjara, à 5km de Vik. C’est une longue plage de sable noir frappée par des courants intenses, nous avons l’impression d’être sur une autre planète.  Les colonnes de basaltes qui se dressent en face de la mer la rendent enchanteresse. Face à toi, un pilier de lave se dresse dans la mer, c’est Dyrholaey, qui se compose en fait de plusieurs formations rocheuses, falaises et arches dans et en bord de mer.

Plage de sable noir de Reyjis

Nous avions prévu de nous poser sur un petit parking devant l’église de ce charmant village de Reynis, mais c’est sans compter sur une locale venue nous réveiller à 1h, nous avertissant que se garer pour dormir est interdit et qu’il faut aller au camping. Contre notre gré, nous nous rendons en direction du parking pour finalement dormir devant sans rentrer et sans payer.

Si tu veux voir des images de l’Islande, surtout de cette partie du pays, tu peux écouter et visionner le super clip de Bon Iver, Holocene.

Jour 3 : Les glaciers

Une partie de la matinée est consacrée à un arrêt au garage de Vik, avec un peu d’inquiétude, allons-nous repartir rapidement ? Depuis le 2ème jour, nous entendons un bruit de roulement dès qu’on accélère un peu, mais plus de peur que de mal, une pierre s’était coincée dans la calandre…

Nous passons par les glaciers Myrdalsjokull et Myrdalssandur. Tu peux les voir depuis la route  n°1 à travers les plaines que nous traversons à la sortie de Vik, plaines qui semblent désolées et qui ont été formées à la suite d’une succession d’irruptions volcaniques.

Nous faisons un détour par le canyon de Fjardrargljufur, d’une beauté incroyable quand le soleil rayonne à travers les falaises.

Puis passage par Kirkjubaejarklaustur (tellement imprononçable que les Islandais l’appellent Klaustur) c’est le 1er village après Vik, après avoir traversé le sandar. Le sandar c’est la plaine qui est formée par la fonte des calottes glaciaires. Ce village est parfait pour une pause, entre cascades et formations rocheuses en colonnes de basaltes à voir.

Nous nous arrêtons à Skaftafell qui est l’épicentre du Parc National du Vatnakojull, le volcan. Ici les chemins sont tout tracés avec plusieurs randonnées possibles. Nous nous dirigeons donc vers le glacier Skaftafellsjokull où nous pouvons être au pied, malheureusement tu constateras que celui-ci recule de plus en plus. Une 2nde randonnée nous emmène voir la cascade Svartifoss (la cascade noire), entourée de colonnes de basaltes noires.

Skaftafellsjokull
Svartifoss

Nous reprenons la route pour voir Hof et ses fermes et son église en tourbe, qui nous donne l’impression de sortir tout droit du Seigneur des anneaux.

Hof, église en tourbe

Puis nous arrivons finalement vers les fameux glaciers. Nous sommes impressionnés par la grandeur des lieux. Le premier, Fjallsarlon, est une petite lagune remplie d’icebergs. Quant au principal, Jokulsarlon nous en met plein les mirettes. La blancheur du lieu, le bleu de l’eau font de ce glacier un lieu intact et tellement photogénique.  Tu pourrais t’y préparer, mais une fois devant tu as le souffle coupé par la beauté du lieu.

Notre arrêt pour la soirée sera à Hofn. Hofn est un petit port de pêche avec un front de mer agréable Tu pourras goûter à la spécialité du coin, si ton porte-monnaie le permet, la langoustine. Pour la nuit, nous irons au camping municipal de Hofn. L’histoire raconte que nous n’avons jamais trouvé le gardien pour payer notre emplacement 😉

Jour 4 : Fjords de l’Est

Nous prenons notre petit déjeuner sur les hauteurs de la ville avant de nous rendre à la piscine municipale, moderne, très accueillante avec plusieurs toboggans

Nous avons une centaine de kilomètres avant d’entrer dans les Fjords de l’Est. Les Fjords sont une région très peu habitée et l’intérêt de les traverser est principalement pour découvrir les paysages, surtout si tu n’as jamais vu de fjords.

Nous avons plusieurs étapes dans la journée, mais le climat n’est décidément pas avec nous : Djupivogur, petit port de pêche, Berufjordur, Stodvarfjordur… La ville de Faskrudsfjordur, elle, a une histoire française puisqu’elle a été fondée par des marins de Paimpol à la fin du 19ème siècle. Pour se rappeler de ce passé, les noms des rues sont aussi en français.

Neskaupstadur est atteinte après la traversée d’un col (623m) tellement dans le brouillard que nous avançons à moins de 5km/h. Pour y arriver, on doit passer également par un tunnel à sens unique si long. Nous y faisons une pause, la ville est animée par un festival de métal.

Nous revenons sur nos pas pour terminer par Estafjordur & Reydarfjordur (reconnaissable à une immense fonderie venue s’installer ici). Puis nous prenons la route d’Egilsstadir, au bord de l’un des plus grands lacs d’Islande dont les rives méritent un petit détour.

Nous revenons sur nos pas pour dîner chez Salt et nous trouvons un emplacement dans une zone commerciale cachée derrière une banque.

Jour 5 : Fjords de l’Est et Lac Myvatn

Nous partons relativement tôt pour voir le dernier fjord et passer le col très embrumé de bon matin qui nous emmène à Seydisfjordur, ville charmante, départs et arrivées de ferries qui se rendent en Suède ou au Danemark. Les maisons sont toutes colorées, l’église est bleue, le tout autour d’une petite étendue d’eau. Si tu souhaites ne visiter qu’un seul village des fjords, choisis celui-ci.

Seydisfjordur

Nous avons ensuite 3h de route pour atteindre la région du Lac Myvatn. La région est connue pour ses sols volcaniques qui lui confère une atmosphère particulière.

Nous montons d’abord au majestueux cratère Viti. Ce cratère est large de 300m, nous découvrons au centre du cratère un lac d’un vert bleuté.

Leirhnjukur

Nous traversons Krafla la région volcanique. Nous nous promenons à travers les cratères de Leirhnjukur, encore en activité et potentiellement dangereux ; un chemin tracé te permet de marcher autour.

Cratère Viti

A Hverir, tu marches sur un champ de solfatares duquel s’échappe des fumerolles dans tous les coins, c’est irréaliste. C’est un mélange de couleurs incroyables entre l’ocre du sol, le bleu de l’eau, le blanc des fumées, le gris de la boue… Chaque étape de cette journée aura été assez folle en surnaturel.

Nous prenons ensuite la rive droite du lac Bjarnarflag pour trouver la grotte Grotagja. Si tu ne connais pas cette grotte, c’est que tu es passé à côté de la saga Game Of Thrones ces dernières années (pour te rappeler, c’est l’endroit où Ygrid et Jon …). Tu rentres dans la grotte par un tout petit trou et tu découvres derrière une petite étendue d’eau d’un bleu magnifique.

L’arrêt suivant est aussi consacré à GoT saison 3, car nous nous baladons à Dimmuborgir, une forêt de pitons volcaniques parfois hauts de 10m.  C’est un phénomène géologique unique dans le monde.

Grotagja
Dimmuborgir
Skutustadagiga

Nous arrivons sur la rive sud du lac où nous découvrons à Skutustadagiga des pseudos-cratères, encore un phénomène rare, qui existe aussi sur Mars.  

Nous irons jusqu’à Husavik sur la côte Nord pour passer la soirée et dîner chez Gamli Baukur, en bord de port.

Si tu en à l’occasion et que tu as le budget, Husavik est le départ des excursions pour voir les baleines. J’ai personnellement déjà eu cette expérience en Argentine, je ne ressentais donc pas le besoin de le refaire ici (et puis nous allons en apercevoir quand même pendant le voyage…)

Port d’Husavik

Il fait encore grand jour, nous nous baladons sur les routes autour d’Husavik mais j’ai eu ici un mauvais souvenir. Je me suis littéralement fait attaquée par des oiseaux, des sternes artiques. Si tu connais le film d’Hitchcock, alors je suis sure que tu frissonnes. L’oiseau s’amuse à tourner de toi dans le ciel en poussant des cris ardents, puis plonge pour essayer de te piquer. J’ai dû courir jusqu’à la voiture et m’enfermer, l’oiseau a continué de nous poursuivre alors que nous avions déjà fait une centaine de mètres. La simple raison est que si tu te balades sans le savoir autour de nids, la mère est particulièrement féroce et te fera fuir….

Jour 6 : Côte Nord de l’Islande

Nous consacrons notre début de matinée à la piscine d’Husavik, où nous sommes totalement seuls, et où j’ai trouvé le courage de tester la méthode nordique des bains, c’est-à-dire l’alternance de bains chauds (35 à 40°) et froids (5°).

Nous nous dirigeons tout d’abord vers Asbyrgi qui est une gorge immense recouverte d’une forêt dans laquelle nous pouvons nous enfoncer et ainsi marcher au bord des parois de plus de 100m.

Nous prenons cette fois ci la route 86 et faisons un détour par Vesturdalur, qui est le départ de plusieurs randonnées à travers les colonnes de basalte, des falaises et des grottes. Prudence par ici, nous mettrons plus d’1h pour faire 25km sur cette route chaotique et non bitumée.

Avant d’arriver à Akureyri, la 2ème ville du pays, nous traversons les cascades les plus connues d’Islande : Dettifoss, Selfoss et Godafoss.

Dettifoss
Godafoss

Dettifoss et Selfoss (les cascades les plus puissantes d’Europe) sont toutes les deux l’une dernière l’autre et un sentier te permet de marcher tout le long. Quant à Godafoss (littéralement la Cascade des Dieux), c’est l’une des plus photogéniques.

Nous dînerons dans cette petite ville charmante, Akureyri, dotée d’un port, d’une rue commerçante, au Akureyri Backpackers. C’est sur les hauteurs de la ville, sur le parking de l’université que nous garerons la voiture pour la nuit.

Jour 7 : Péninsule de Trollaskagi

Avant de quitter cette ville, nous en visitons le jardin tropical avec des espèces venues du monde entier, étonnant vu la proximité avec le cercle Polaire.

Cette journée est consacrée donc à la péninsule de Trollaskagi, la péninsule des Trolls. Il suffit simplement de quitter la route 1 pour la 82, qui fait une boucle sur la péninsule.

Nous passons par les charmants villages de Arskogssandur puis Dalmvik qui elle a son ferry pour la fameuse île de Grimsey. Si tu en as envie, c’est cette île que tu pourras te vanter d’avoir passé le fameux cercle polaire symbolique. A Olafsfjordur, nous sommes attirés par l’odeur qui se dégage d’un petit café. A notre grande surprise, ce café sert un déjeuner buffet à un prix très raisonnable. Nous constatons que déjeuner en Islande peut rentrer dans un petit budget si tu trouves ce genre de café. Le café s’appelle Kaffi Clara.

Siglufjordur

Nos arrêts suivants sont tout en couleur et sous un soleil magnifique. Siglufjordur avec ses anciens entrepôts de pêches réhabilités et Hofsos et sa magnifique piscine en bord de mer… La fin de la journée est consacrée à la visite de Glaumbaer, fermes traditionnelles en tourbe toute reliées ensemble par un couloir central.

Piscine d’Hofsos

Fermes de Glaumbaer

Nous terminons l’étape de la journée par Hvamnstangi en espérant voir des phoques, mais pas de chance nous n’en verrons aucun. Nous nous arrêtons pour la nuit en bord de lagune, l’un des plus beaux endroits que nous ayons trouvé.

Jour 8 : Fjords de l’Ouest

Les côtes Islandaises sont très déchirées, c’est pourquoi tu trouves des fjords des 2 côtés de l’île. Les fjords de l’Ouest sur la carte, c’est l’espèce de main tordue qui se détache du reste de l’île. C’est la région la moins habitée, inaccessible en hiver. Nous en visiterons qu’une petite partie, la Côte du Standir ; en faire le tour prendrait facilement une à deux journées supplémentaires.

Holmavik sur notre route est un village avec une longue histoire de sorcellerie, tu peux y visiter le musée consacré à ce domaine. Toutefois, le point culminant de la journée pour nous est Drangsnes. En contrebas de la route, sur la digue, se trouvent 3 hot spots. Oui, en extérieur, libre à tous d’accès, alors qu’il ne fait pas plus de 10°C dehors. Un moment exquis.

Drangnes

Nous passons par Djupavuk et son ancienne conserverie de poisson fumé réhabilitée. Nous nous arrêtons ici prendre un chocolat chaud dans une auberge qui accueille de nombreux scientifiques. Nous tirons ensuite jusqu’à Nordufjordur, la dernière ville des fjords, de là nous devons faire demi-tour.

Si tu n’as pas beaucoup de temps, je te conseillerai presque de supprimer cette journée, nous avons fait beaucoup de route, pour retrouver des paysages assez ressemblants aux fjords de l’est. Par contre si tu as plus de temps, tu peux faire le tour de cette péninsule en prenant plus de temps. C’est ici aussi que nous apercevrons au détour d’un fjord une baleine…

Jour 9 : Péninsule de Snaefellsnes

La péninsule se situe au Nord de Reykjavik. D’ailleurs lorsque le temps le permet tu peux voir la capitale d’ici et inversement. Malheureusement ce n’était pas notre cas.

Nous nous rendons tout d’abord à Stykkisholmur,  bourgade principale de la péninsule avec ses baraquements tout en couleur. En reprenant la route tu reconnaîtras peut-être Kirkjufell, cette montagne à forme conique, vu dans le film « La vie rêvée de Walter Mitty ».

Kirkjufell
Nous traversons ensuite des champs de lave éteints depuis des années, Berserkjahraun. L’endroit est mystique.

Vatnshellir

Pour se rapprocher du parc national, tu dois traverser les villages d’Olafsvik et Rif. Arrivés dans le parc, nous ne verrons jamais le sommet de la montagne, sous la brume et la pluie. Nous nous baladons ensuite sur la plage de Dritvik et Djupalon, plages de sables noirs où tu peux aussi voir des débris de bateaux anciens échoués.  

Nous visitons Vatnshellir, un tunnel de lave vieux de 8000 ans qui a été creusé lors des irruptions par la lave. Nous descendons dans ce tunnel depuis la surface par un escalier à colimaçon 32m sous terre et nous découvrons un autre monde.

Nous nous arrêtons à Arnastapi puis à Raudfeldsgja qui est connue pour sa longue et profonde crevasse. Il faut se faufiler entre les parois pour pouvoir rentrer dedans.

Ce soir, nous avons un peu la flemme de chercher un endroit où dormir. Alors nous nous rendons au camping de Reykholt. A 22h, plus personne ne contrôle les entrées et sorties. Coût du camping : 0 €.

Raudfeldsgja

Jour 9 : Reykjavik

Notre vol étant à 1h du matin, nous avons une journée entière devant nous, pour profiter de Reykjavik et de ses alentours.

Nous visitons le site historique et archéologique de Reykholt, ce lieu est mentionné dans les sagas islandaises depuis le 13ème siècle. Nous continuons la route vers Barnafoss, la cascade des enfants. Une légende entoure cette cascade. Un jour de Noël, des enfants s’amusèrent au dessus de la cascade pourvue d’une arche de pierre, tombèrent et se noyèrent. Par vengeance, la mère des enfants fit détruire l’arche.

Avant d’arriver à Reykjavik, nous décidons qu’une dernière piscine serait le bon moment. Nous allons à celle de Borgarnes qui sera certainement l’une des meilleures du voyage.

Notre dernière étape est donc la capitale. Reykjavik n’est pas une grande ville. Nous nous garons vers Hallgrimskirkja, la cathédrale symbole qui domine le reste de la ville. Visiter l’église est gratuit, la montée au sommet coûte environ 8€. De là, nous descendons les rues commerçantes pour quelques achats, et une bière. Nous descendons jusqu’à la mer pour voir la Harpa, la récente salle de concert ouverte en 2011. Visiter Reykjavik nous occupe jusqu’à tard, avant donc de reprendre notre vol dans la nuit.

Voila le récit d’une belle aventure sur les routes (..enfin la route) islandaises, si tu as besoin de conseils et d’informations pour visiter ce magnifique pays, qui rentre surement dans mon top 3 des plus belles destinations, alors demande-moi !

Les plus du voyage

  • Des paysages extraordinaires à couper le souffle
  • Les piscines et jacuzzis partout
  • La gratuité de la plupart des sites naturels

Les moins

  • Les prix trop élevés, nous avons l’impressions sans cesse de se restreindre sur le budget
  • La nourriture, à ne pas retenir !

Publié par Gaelle T

Voyageuse dans l'âme, aventurière maintenant chevronnée, je continue ma route sur les chemins de traverse du monde...

Un avis sur “Islande

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :